IMG_0222

Le Cap-Vert, terre de métissage, histoire d’un peuple

Le Cap-Vert, terre de métissage.

Archipel de 10 îles au large du Sénégal, divisées en 2 groupes, Sotavento (Brava, Fogo, Santiago, e Maio) et Barlavento (Boa Vista, Sal, São Nicolau, São Vicente et Santo Antão). Le Cap-Vert est terre de métissage. Géographiquement IMG_0229situé à la croisée des continents africain, américain et eurasien, le Cap-Vert est intimement influencé par diverses cultures, vestige certain du commerce des esclaves au XVIIème siècle. Par conséquent, la Diaspora capverdienne se retrouve aux USA (et Boston notamment), au Portugal, aux Pays-bas, mais également en France. Cette diaspora est aussi le résultat d’une migration humanitaire urgente, seule solution trouvée après plusieurs famines des années 30 et 40.

Nous aborderons ici les 3 thématiques qui nous sont chères : la mixité, la santé, et la citoyenneté. L’objectif étant de susciter la curiosité auprès d’écoles françaises, nous espérons de nouveaux échanges franco-capverdiens en cette année 2015.

Pour ce qui est de la citoyenneté, la nation capverdienne est, semble-t-il une exception démocratique africaine, avec une alternance des partis politiques au pouvoir. Indépendant depuis 1975, le Cap-Vert, est considéré comme une démocratie depuis 1990, avec l’abandon du Parti Unique. Selon Lenine, architecte capverdien formé au Portugal, « le parti unique fût une nécessité pour stabiliser le pays ». En revanche, la liberté d’expression n’a jamais été vraiment bafouée ». Ce processus démocratique, finalement plutôt solide a permis récemment au Cap Vert de sortir des pays du Tiers Monde, « pour intégrer le club du Deuxième Monde » commente toujours Lénine.

La mixité est représentée sous sa forme pluri-ethnique, produit historique issu hélas du commerce des esclaves. Le temps a passé, et de ce métissage est sorti le créole, un syncrétisme linguistique, référentiel identitaire du Cap-Vert. En revanche, la langue officielle demeure le portugais. La langue française, quant à elle, a su s’insérer dans le système scolaire national, permettant au Cap-Vert d’intégrer l’OIF, (Organisation Internationale de la Francophonie).

La santé, comme définie par l’OMS, est en constante amélioration. Dans certaines cliniques, des niveaux de soins et pratiques chirurgicales sont dignes de certains hôpitaux du Nord, dans lesquels étudient les jeunes médecins avant de rentrer exercer au pays (USA, Cuba, Europe). Au delà des maladies communes au Continent africain et relativement bien sclérosées par les politiques de Santé publique du Cap Vert, le bien être physique, mental et social est recherché. Malgré tout, les questions de nutrition demeurent essentielles, même si le Cap-Vert n’a plus connu de famines depuis 50 ans. Cette thématique de la Santé semble être l’angle d’entrée du prochain parcours e-ducasport. Les différents acteurs rencontrés (Licéu Duarte, ONG Espaço Aberto de Praia), manifestent un réel intérêt pour cette thématique ; nous prenons donc cette direction, et espérons un réel succès franco-capverdiens, dès septembre 2015.

A Suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>