No vidigal

Le documentaire

Les Jeux dans les Yeux est un projet de film documentaire de Julien Fiorentino et Aymeric François dont l’objectif est de suivre Les Jeux Olympiques à Rio de Janeiro vus par un carioca devenu aveugle

NOTE D’INTENTION
Robison Russo, dit Robson, est né à Rio de Janeiro le 30 juillet 1965. Educateur spécialisé en sport, il travaille des années durant à la tristement célèbre favela dos Maquacos où il fait un boulot remarqué avec les jeunes qui le respectent comme un grand frère. A l’âge de 39 ans, Robson est brutalement frappé de cécité à la suite d’une maladie dégénérative. Il plonge dans le noir et la solitude. Après plusieurs années passées à déprimer, paupérisé par une pension d’invalidité de moins de 300 € par mois, victime de problèmes d’équilibre qui l’empêchent de se déplacer, Robson entreprend de reprendre goût à la vie. Grâce à l’astreinte d’une pratique sportive régulière, la musculation et la danse en particulier, il retrouve progressivement l’équilibre et des liens sociaux. Il recommence à sortir en ville, toujours accompagné de sa sœur Barbara, qui l’aide dans ses déplacements et lui raconte dans le détail le spectacle des rues de sa ville. A 49 ans, Robson continue de lutter chaque jour pour se reconstruire.
Mais la perspective des Jeux Olympiques le motive à l’idée d’apprendre à se déplacer seul. Sa médaille d’or, c’est ça : s’il s’astreint à un entraînement quotidien, Robson marchera… seul ! On veut donner à voir le point de vue de Robson sur les Jeux Olympiques au Brésil et les changements qui bouleversent sa ville devenue monde, Rio de Janeiro.
Comme la Coupe du Monde de football, accueillie par Rio deux ans auparavant, retransmise en mondiovision, les Jeux Olympiques sont l’événement visuel par excellence. Dans ce contexte, nous proposons un travail de mémoire documentaire de l’événement autour du personnage de Robson et, à travers son point de vue, nous cherchons à apporter un éclairage sans filtre de l’événement et de la société brésilienne.
En effet, à sa manière, Robson incarne le peuple brésilien, mais dans une démarche différente de ce que l’on attend traditionnellement de la civilisation auriverde.
En tant qu’ancien professeur, Robson est révolté par le manque de moyens accordés à l’éducation publique et solidaire du mouvement de contestation sociale lancé par les professeurs de Rio dès juin 2013. En tant qu’ancien éducateur à la communidade du Morro dos Maquacos, une favela de la zone nord pacifiée en 2013 par l’UPP, Robson est convaincu de la nécessité de politiques d’insertion et de mixité sociale.
En tant que carioca da gema, carioca de naissance, revendiquant la plupart des stéréotypes dont sont gratifiés les habitants de la cidade maravilhosa, Robson est notre guide dans la ville universelle. Car ne nous y trompons pas : c’est bien nous qui avons besoin de lui, et non l’inverse. C’est lui le compagnon idéal, le guide alternatif, celui qui donne à voir ce que nous n’entendons pas, celui qui montre ce que nous ne voyons plus. Surtout Robson, c’est une sacrée « gueule », un personnage, uma figura comme on dit à Rio : un accent carioca à couper au couteau, un visage marqué par la vie, des yeux gris acier qui vous sondent l’âme, et ce sourire, cette joie de vivre qu’il s’agit de porter haut et fort, afin de tenir le coup.
«Notre bonheur quotidien ne devrait être conditionné à rien», écrivait Sénèque. Robson incarne les forces et faiblesses d’un pays au potentiel extraordinaire et aux difficultés récurrentes. Il est une figure qui réconcilie l’unanimisme du peuple brésilien dans son rêve de victoire sportive et l’irrédentisme des revendications populaires en faveur d’un avenir meilleur pour toutes et tous. Du fait de la tragédie qu’il traverse, notre personnage fait résonner ces problématiques complexes par ses simples expériences quotidiennes.

LES AUTEURS REALISATEURS
Julien Fiorentino est auteur et réalisateur. Il a réalisé plusieurs films documentaires. En mars 2014, il participe à une formation à l’écriture documentaire à l’Institut Français de Bamako avec Joël Calmettes. En novembre 2014, il suit la formation aux Fondamentaux de la production de l’Ecole documentaire de Lussas. En 2015, Julien souhaite poursuivre la réalisation de films documentaires de création, tout en développant une activité de production adaptée à ces contenus. Aymeric François réalisateur. Il participe à la réalisation de nombreux films institutionnels et documentaires. Il travaille régulièrement avec le département audiovisuel de l’Institut du Monde Arabe et la Réunion des Musées Nationaux. Il réalise en 2012 un documentaire sur la musique à Cuba et participe aux repérages à Rio en 2013 qui ont conduit à la rencontre de Robson.
Julien Fiorentino et Aymeric François ont partagé plusieurs expériences artistiques importantes. Ils sont confondateurs de Kinodrom, un cinéma itinérant en Europe de l’est en 2005. Ils travaillent ensemble à la prison de Fresnes sur plusieurs ateliers vidéo et coréalisent D.Tenue en 2007, un court documentaire sur un défilé de mode à la maison d’arrêt des femmes de Fresnes. En 2013, ils collaborent au projet de l’association Passe-Sport et prennent part ensemble au repérage à Rio de Janeiro qui aboutit à l’écriture de la première version du film, Minha copa. Aujourd’hui, ils veulent achever le travail entamé aux côtés de Robson et de l’association Passe-Sport en réalisant le film qui pourrait changer la vie d’une personne et donne à voir une vision singulière des Jeux Olympiques au Brésil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>